Loading...
fr

Blogs

alexandra
en
C vrai  qu'il  et quand  même  très  difficile  de sortir  en journée  pourtant beaucoup  aimerais aller  faire  c course  aller  boire  un café  en terrasse entre  copines  en tout qu'à  moi  c mon  qu'à  pour  les rencontres  sur le net  avec  des hommes  souvent  c du bidon  mais  meilleur  rencontre  se sont  faites  par  hasard  sois en boîte  ou dans  des bar ou sauna et j'étais  en homme  pour  c sortie jetait souvent  un peut  efféminé  et sa plaise  et par la suite sî on se  revoye  je leur  disais que j'aime  me fringues  en femme  et de suite  il.voulais  me voir  en femme et pour  les rencontres parle  la suite c vrai que c très  compliqué  car très  souvent se sont des hommes  mairie  donc baise sun des  parking  dans  des coin tranquille  dans la nature   ou hautre   à l'hôtel  souvent  des mec sont radin c moi  qui  doit  payer  alors  la je refuse c la moindre  des choses  qu'il  payé l'hôtel. ..la j'ai  quelques  régulier  rencontre  par hasard  quelques  un reçoive  et c bien   on se fait  des soirées  à 2 voir  plusieurs  voir plus et souvent  je suis la seule  fille  on en contact  elles  font les belles  mais  des qu'ils  faut  passer  au chose  sérieuse plus  personne et elle peuve  se changer  sur place  et même  dormir  on à un  qui  recois dans sa villa  avec  piscine  sa femme  par en cure  2 fois  par ans des quel  par  c l'orgie  chez  lui  on peut  baise  dehors  partout  c trop  bien   le maître  de maison  et bie  il fréquente  les sauna  donc connais  du monde  à chaque  fois  que  j vais  chez lui  il y a une nouvelle  tête  on se fait  des bonn'es  journée   et des soirées   .
alexandra Mar 15 '15 · Voter: 5 · Commentaires: 31
Annafe

Voilà. Comme je suis franche et honnête j'ai décidé de m'ouvrir à vous. Oh je vois déjà vos réactions et idées en lisant ce mot. Non, je ne parle pas de sexe là mais juste que j'ai tellement de chose en moi et envie de vous les dire, sur ce site. Oui parce que c'est peut-être le seul endroit ou j'ose tout dire (attention, je ne vais certainement pas tout dire aujourd'hui).


Qui suis-je?

Quelles sont mes pensées?

Cela n'intéressera peut-être pas grand monde , mais si je le dis c'est aussi pour moi. Parce que tout cela doit sortir un jour.


Sur le tchat, certains pourront peut-être penser que je «flatte» les personnes ou que je les «drague». Vous avez le droit de le croire et pourtant nul n'est mon intention.

J'aime les gens. Oui, j'affirme cela. Je les aimes car c'est la seule chose que je fais bien. C'est la seule chose qui est importante pour moi.


Et sur ce site je trouve une majorité de personnes qui méritent le respect et l'amour. J'aime les femmes (ou plutôt je les aie aimées, mais elles m'ont beaucoup déçues). J'aime les hommes car, peut-être (je dis bien peut-être car je n'ai pas encore saisie la vérité et je ne la saisirais probablement jamais), ils me permettent de faire ressortir et extériorisée ma fragilité et ma féminité. Ils me permettent d'être ce petit animal soumis qui n'a pas besoin d'être meneur, qui peut se laisser guider et qui a besoin de ressentir une force supérieure, une protection. J'aime les travs car, peut-être elles me ressemblent. Elles ont les mêmes angoisses, les mêmes soucis, les mêmes attentes, les mêmes goûts, elles me comprennent mieux. Oui je vous aime tous si vous me prenez pour un être respectable et que vous acceptez ma condition.


Et quand je vais sur le tchat et que je dis à une trav qu'elle est jolie, que je suis heureuse de l'entendre ou de la voir, je suis sincère. Absolument sincère.


Ma prime jeunesse dans ce milieu hippie m'a peut-être marquée. Je suis rester longtemps l'un des derniers hippies au moment ou ce mouvement était devenu désuet. Mais je me souviens ces accolades (plus que des accolades on se prenaient carrément dans les bras) qui voulait dire «je t'aime» (sans différence de sexe).

Oui j'aime parler avec vous et vous voir. Ce n'est pas flatterie de le dire si on le pense vraiment. Et l'on devrait le dire bien plus souvent, et même toujours. On devrait affirmer que l'on s'aime et que l'on adore se parler, se voir, se regarder. Le monde serait si beau si tout le monde affirmait l'amour.


Cela ne veut pas dire que je veux draguer ni «baiser» avec tout le monde car l'amour c'est tant de choses différentes.

C'est le tendresse d'un regard

C'est le geste qui aide

C'est le baiser chaste au coin de lèvres

C'est le mot qui rassure

C'est la phrase qui vous fait comprendre que l'autre est là si vous avez besoin

C'est le sourire face a l'inconnue

...et tant d'autres beautés encore


C'est bien sûr, également, les moments intimes entre personnes majeures et consentantes.

Et pour quoi devrions nous le partager avec un seul être?

Pourquoi n'aurions nous pas le droit d'aimer l'intimité avec plusieurs personnes?


L'amour ce n'est pas la propriété ni l'exclusivité.

C'est la liberté de chacun de disposer de son coeur et de son corps.

Si vous aimez une personne et qu'elle se trouve plus heureuse ailleurs, et même si cela vous rends affreusement triste. Vous n'avez pas le droit de la retenir. Sinon c'est que vous ne l'aimiez pas vraiment. Car lorsque l'on aime une personne, la seule chose qui doit compter, c'est son bonheur. Pas le vôtre.


Alors oui, sur ce site et dans ma vie, mon seul but est d'apporter du bonheur. Un peu ou énormément suivant les attentes et les rencontres. Elles peuvent me demander peu ou beaucoup mais ce qui compte pour moi c'est d'allumer une petite lumière de bonheur dans leurs yeux. C'est tout ce que je cherche. Je ne réussis pas toujours et je m'en excuse mais mon seul bonheur est de l'offrir.


Pardonnez ma longue litanie.

J'avais juste besoin de le dire

Bien à vous

Anna




Annafe Avr 29 '15 · Voter: 5 · Commentaires: 19
Claire Admin
Bonjour mes chéri(e)s !

Une fois posée la question en titre, il me fallait y répondre le plus objectivement possible.
Donc, que suis-je ?
Longtemps, je fus UN travesti. En fait, cela a duré certainement une grande partie de ma vie (au moins la moitié). Pourquoi ? Tout simplement parce que isolé (je mets le masculin volontairement), je pensais être assez unique. Je ne faisais, comme beaucoup de travestis, que m'habiller en femme. De loin (très loin), on aurait pu croire que j'en étais une mais dès qu'on s'approchait suffisamment, l'illusion disparaissait comme la rosée du matin au soleil. Envolée donc, cette femme que je rêvais de devenir !


Et puis, internet est arrivé. J'ai alors commencé à mener des recherches. Recherches qui m'ont d'abord conduite sur un site que je n'oublierai jamais : TVQ (travestis Québec).
Ce site, aujourd'hui disparu m'a ouvert les yeux. Non ! Je n'étais pas seule ! Il existait à travers le monde des tas de personnes comme moi !!! Elles vivaient alors le même dilemme que moi : étaient-ils (elles) des hommes déguisés en femme ou étaient-elles (ils) des femmes à part entière lorsqu'ils (elles) se transformaient ?

J'ai appris, grâce à ce site qu'en fait, je n'étais rien moins qu'une femme (ou un homme, c'est selon) à temps partiel ! 100% homme (avec quelques détails en moins, j'y reviendrai) lorsque je n'étais pas "transformé". Et 100% femme (avec un détail en plus) lorsque j'étais "transformé".

L'homme que j'étais a alors pris une décision. Puisque la crédibilité de la femme que je devenais était primordiale, il fallait me débarrasser de quelques détails "encombrants". Je me suis donc rasé puis, me rendant compte que le rasage ne durait pas assez à mon goût, j'ai commencé à m'épiler. J'ai pris des leçons de maquillage, j'ai commencé à acheter des vêtements, des dessous, des chaussures. En fait, j'ai utilisé au maximum cet endroit magique qu'est internet pour affiner et parfaire la femme que je devenais de temps à autre.

Et le résultat ne s'est pas fait attendre, plus j'avançais dans cette démarche, plus je devenais cette femme que je voulais être.

J'ai alors recherché des espaces où il serait possible d'exposer le résultat du travail accompli et y ai posté mes photos. Et là, la magie a opéré ! Les contacts se sont multipliés, j'ai trouvé des amis et des amies sincères et fidèles. J'ai également trouvé des amants extraordinaires. Amants d'un soir ou d'une période donnée. Tous étaient animés par la même passion : ils aimaient les travestis et voulaient le leur montrer aussi souvent qu'il était possible ! Tous adoraient les caresses que Claire leur prodiguait. Tous aimaient ce corps que Claire leur offrait ! Et tous en redemandaient !

Ceci étant, et en guise de conclusion à ce billet, je dirais que je ne me considère plus comme un travesti. Non ! Je ne suis plus un travesti. Je suis une transgenre. Une personne au sexe, comment dire.... ALTERNATIF ! Le terme exact pour désigner nombre d'entre nous. Car en fait, je suis amoureux fou de mon épouse qui partage avec moi cette passion dévorante qui m'anime et qui l'accepte sans réserve. Mais en même temps, Claire est toujours là, tapie dans l'ombre et prête à surgir à la moindre occasion ! Claire est une femme. Elle vit en moi ! Elle est en quelque sorte locataire du mec que je suis le plus souvent. Et lorsqu'elle peut sortir, je lui laisse toute la liberté dont elle a besoin pour s'épanouir.

Voilà qui est Claire. Claire n'est pas un ou une travesti(e). Claire est VRAIMENT une femme. Simplement, elle ne se manifeste que lorsque le besoin (car il s'agit vraiment d'un besoin) s'en fait sentir. Et Claire est tellement femme qu'elle ne regarde que les hommes lorsqu'elle se libère. Claire aime s'offrir à un garçon lorsque, libre, elle peut être celle qu'elle veut.

Je vous embrasse toutes et tous tendrement.

Claire

Claire Jul 20 '14 · Voter: 5 · Commentaires: 13 · Tags: transgenre, travesti, femme
annarusse

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je suis toujours effaré de voir ces messieurs qui vous adresse sur les sites ou part sms leur photo de sexe en gros plan. Je me demande s'il ne sont pas complexé et finalement, souhaite qu'on les rassures en leur disant que leur b... est belle (si c'est la leur car parfois ce sont des photos volées).


De mon coté, loin de les rassurer, je leur réponds, lorsque je suis bien lunée, que des queues j'en ai vu une bonne centaine et donc qu'il n'y a aucun intérêt à m'en envoyer un de plus et qu'en plus, j'en ai une et donc que je sais ce que c'est. Lorsque je suis mal lunée, je suis plutôt du style insulte que je tairai ici.


Peut-être pensez-vous que cette réflexion vient du Sainte Nitouche qui ne connait rien aux plaisirs du sexe mâle. Détrompez-vous je suis plutôt une Sainte qui touche et mon expérience en la matière est plutôt du genre quatre étoiles.


Mais sachez Messieurs que si, dans l'intimité ou dans des circonstances où l'érotisme nous entrainent dans la volupté du sexe, je suis adepte de m'occuper d'un (ou même de plusieurs) membres excités de ces Messieurs et que la fellation que j'offre, ainsi que la vue d'un membre en érection,m'apporte beaucoup de plaisir ou de désir, je trouve par-contre complètement ridicule, absurde et pitoyable de s'extasier devant une queue prise en gros plan.


Si encore ces Messieurs avaient l'imagination (mais ce n'est pas leur fort tout le monde le sait) de prendre des photos de leur sexe de façon à suggérer, ou en s'attardent sur la beauté du cliché, je le comprendrai. Mais non, on voit juste une queue (comme il en existe des milliers) avec souvent des poils. Un tue l'amour total (pour ma, part rédhibitoire quant à l'obtention d'un rdv)


Je ferai d'ailleurs la, même remarque à ces travestis (souvent moche d'ailleurs) qui montre leur cul en gros plan sans aucune intention de rendre leur photos jolies , sensuelles ou agréables à regarder.


Lorsque l'on se dit féminine, je pense que même si l'on a envie de montrer sa chatte de derrière, il est important que cette photo soit sensuelle, érotique et subjective. Alors Messieurs et Mesdames, faites un effort pour nous offrir des photos de charme. Pas des photos pourries et peu ragoutantes.

Qu'en pensez-vous

annarusse Mar 28 · Voter: 5 · Commentaires: 12
Claire Admin
Bonjour mes chéries et mes chéris !

La question posée ici n'est pas innocente. Elle en amène immédiatement une autre que beaucoup se posent : "pourquoi personne ou presque ne répond lorsqu'un post est publié sur le site ?"
Tout simplement parce que beaucoup d'entre-nous n'osent pas, ne connaissent personne et ont peur de se "prendre un vent"...

Mais j'ai une excellente nouvelle pour vous toutes et tous qui venez ici !



En effet, le Tchat du site est un des meilleurs moyens de faire connaissance. Si ce n'est pas le meilleur !
D'autre part, les hôtesses sont vraiment adorables et vous mettront à l'aise tout de suite. Lesquelles sont-elles ? Patricia et Chriss... Ces filles sont extra et j'ai pensé que leur laisser carte blanche pour animer ce tchat était une excellente chose.
Mais si vous allez sur le Tchat, il faut tout de même faire un minimum d'efforts pour espérer vous faire des ami(e)s ou pour faire des rencontres... C'est à dire qu'en fait, si vous ne discutez pas avec les autres ou ne vous immiscez pas dans une conversation, il vous sera difficile de vous faire connaitre et encore plus difficile de vous faire apprécier...
Mesdames et messieurs, vous qui tentez de rencontrer l'amant d'un soir ou de toujours. Vous qui voulez vous faire des amies ou des amis, des sex friends ou tout simplement papoter avec des gens formidables. Si vous tentiez un peu l'aventure ? Qu'en pensez-vous ?

Je vous embrasse toutes et tous tendrement.

Claire

P.S. Si vous avez peur de ne pas parvenir à maîtriser le Tchat, demandez-moi. Je me ferai une joie d'écrire un tuto complet.... Mais attention, une demande ne suffira pas. Alors, A VOS CLAVIERS !
Claire Mar 16 '15 · Voter: 5 · Commentaires: 9 · Tags: chat, tchat, amis, amies, détente, rigolade, discussion, discuter, rencontres, amants, sexfriends
Annafe

Nous qui sommes du 3eme genre, des « créatures féminines » comme je préfère me décrire. Nous qui subissons les quolibets, les rires, les injures parfois. Nous qui ne sommes pas toujours acceptés et qui devons nous cacher dans notre vie de tous les jours.

Nous devrions être solidaires et accepter le bonheur de toutes les travs.


Et bien non. Il y a dans notre communauté autant de méchanceté, de coups bas, de jalousie que parmi les « humains dits normaux ».


Depuis que nous avons eu le tort certainement d'annoncer notre amour Lola et moi sur ce site, nous nous rendons compte des jalousies, des inimitiés que cela peut entraîner.


Pas de toutes bien sûr, certaines sont très heureuses de notre bonheur et nous connaissons la franchise de leurs jolies commentaires.


Mais de certaines qui, pour des raisons que je ne cherche pas à comprendre, nous font bien ressentir qu'elles détestent notre bonheur.

Alors je dis à celles-là qu'elles ne méritent pas d'être reconnues comme nos égales car il serait bien plus intelligent pour elles de comprendre qu'il faut se serrer les coudes entre nous et accepter la liberté d'amour de chacun.

Mais même parmi les travs, la bassesse est de mise

Bisous à toutes celles que j'aime

Anna

Annafe Oct 25 '15 · Voter: 5 · Commentaires: 8
Annafe
Une de mes passion est l'écriture. Alors je me permet de vous poster une histoire "érotique et même pornographique" dans ma série "Fantasmes et Fictions". Si ce premier épisode (un peu long à cause de la présentation) vous plait, je vous offrirai la suite avec plaisir. Si ce texte vous ennuie, dites-le moi, je suis ouverte à toute critique. Alors je stopperai là ma prose.
Attention, ces textes sont déposés. Donc interdiction de les utiliser sans mon accord.
Bisous
Anna

LA CHEVALIERE D’EONNE

 

Je savais que les vieilles archives du Château d’Aune livreraient le secret. Que je trouverai enfin, après tant d’années de recherches infructueuses les preuves irréfutables de la réalité de l’existence de « la Chevalière d’Eonne ». Je compris enfin pourquoi l’histoire officielle a tenté de supprimer toutes traces de cette héroïne. Cette espionne du troisième genre qui usa de ses charmes, de sa sensualité exacerbée pour rendre d’énormes services à la nation.

Cette travestie qui se servit de ses atours et de sa sexualité débridée pour attraper dans ses filets hommes et femmes, tous subjugués par sa féminité et ses pratiques expertes, fut rejeté dans l’oubli pars les instances machistes de notre société.

Dans ces alcôves d’archives j’ai heureusement retrouvé des notes et manuscrits en piteux état, qui après restauration, m’ont permis de reconstituer quelques épisodes prouvant l’action de cette espionne.

Pour éviter d’être poursuivie en justice pour violation d’un Secret d’Etat ou mis en danger par des victimes a la mémoire trop longue, j’ai modifié ou supprimer dates, noms, lieux de ces aventures.

Bien qu’ayant tenté de reclasser ces différents récits, notes ou rapports en ordre chronologique, je ne suis pas persuadé avoir réussi dans cette tâche.

 

Episode 1 : Bit’zutage

« La chevalière d’Eonne » se prénommait Anna. Elle fut admise au cercle des ASS (Agents Sexes Spéciaux) lors d’une cérémonie officielle mais secrète. Parmi les archives, j’ai retrouvé, écrite de sa main, le récit d’une bien curieuse cérémonie s’étant déroulée le soir même de son admission. Je vous le livre tel quel.

Je me réveille le corps meurtri. J’ai comme l’impression d’avoir traversé une moissonneuse-batteuse. Une douleur agréable se diffuse dans tous mes orifices. Je me souviens m’être endormie fourbue, épuisée, même défoncée. Oui, défoncée, c’est bien le mot qui convient lorsque la mémoire me revient. Lorsque je réalise que la veille, j’ai subi le bizutage en règle du cercle des ASS. Une tradition qui me permettra, à l’avenir, de ne reculer devant aucune barrière pour mener à bien mes missions.

Pourtant le début fut plutôt soft. Quelques caresses lors de la cérémonie officielle, bien que secrète. Rien qui ne puisse me mettre en position d’excitation.

Puis, Maître Tex (sexe devrais-je dire) m’ordonna de le suivre dans un escalier en colimaçon nous menant dans les sous-sols du manoir, centre névralgique secret du cercle.

En bas, nous entrâmes dans une salle plutôt grande, au plafond bas, meublée d’une table en son centre et d’un matelas posé à même le sol. Au mur, des lampes tamisées renforçaient l’atmosphère intime.

Maître Tex me fit face. Ses yeux s’allumèrent d’un regard bien différent que lors de la cérémonie officielle. Sans vergogne, il m’inspecta de haut en bas, s’attardant sur certaines parties de mon corps. Cette lubricité provoqua aussitôt le durcissement de mes tétons qui pointèrent sous mon fin corsage noir. Je suis sûre qu’il le remarqua à travers la fine étoffe.

Il s’attarda également sur ma jupe courte. J’étais persuadée, qu’en homme avisé, Maître des agents sexuels, qu’il ne pouvait ignorer que je portais des bas et un porte-jarretelles et non un collant.

A la vue de l’insistance de son inspection, une tendre chaleur se répandit à hauteur de mes cuisses. Malgré ma timidité de novice (encore que !), j’écartai, d’un lent mouvement, légèrement mes jambes (leçon n°12 apprise au cours « Séduction de salope  ASS »). Il sourit, comprenant que j’avais bien retenu ma leçon.

- C’est l’heure du bizutage maintenant Agent Anna ? J’espère que vous y ferez honneur.

 

Derrière moi, j’entendis des pas dans l’escalier. Je tentai de savoir combien d’individus arrivaient dans mon dos. Trois à cinq peut-être ? Mais j’ n’eus pas le temps d’affiner ma réflexion. Une main se posa sur mon épaule. Une autre ma prit par la taille. Une troisième se glissa carrément entre mes cuisses, alors qu’une autre, large et chaude, s’appliqua sur ma fesse droite. Je ne comptais plus. La sensation de ces corps étrangers fit basculer ma tête en arrière, les yeux fermés, lèvres entrouvertes comme pour dire « Je suis prête à être offerte ».

Aussitôt, Maître Tex s’approcha et posa ses mains charnues sur mes joues. Il descendit, un doigt effleurant ma bouche puis continua son voyage sensuel sur mon corps en caressant ma nuque, mon cou puis ma gorge avant de s’arrêter en emprisonnant mes seins.

Tu as une petite poitrine, bonnet A, agent Anna. Pourtant je suis sûr  qu’ils sont très sensibles. Il n’avait eu aucun mal à le deviner ce beau salaud car elle se gonflait et mes bouts se tendaient vers ses doigts curieux.

Derrière moi les caresses commencèrent. Chaque main, que je ne comptais plus, m’enveloppait d’une palpation sur les atouts de mon corps. Je voulus résister mais ne pus bien longtemps. Le Maître agrippa les boutons de mon corsage et d’un geste d’une brutalité sauvage qui m’enflamma, le déchira en m’arrachant un cri strident de biche fragile face à son avide prédateur.

Je me retrouvai poitrine nue, haletante. Seins pointés vers ses mains. Ma jupe subit le même sort, succombant aux assauts des mâles cachés dans mon dos.

Seul mon porte-jarretelles, mes bas et mon string immaculé, de vierge qui ne l’était plus depuis mes seize ans, s’élevaient en futile rempart face à mes assaillants.

Maître Tex, par une pression lente mais irrésistible, me fit mettre à genoux et en un mouvement d’expert dégrafa la braguette de son pantalon de cuir. Sans que je puisse esquiver, il m’imposa son sexe déjà dur et gonflé en ma bouche surprise.

Que pouvais-je faire, sinon accepter ce membre veiné labourant ma langue avec violence. C’est à cet instant, comme un signal, que tous se déchainèrent.

Il m’apparut vite que mes agresseurs n’étaient pas que des hommes, lorsqu’une blonde magnifique, ayant fait le tour pour me faire face, frotta son joli et ferme sein blanc sur ma joue. Mais à voir l’excroissance au niveau de sa jupe, je compris qu’elle était du même genre que moi : Une Trav’.

D’ailleurs, déjà ses mains expertes s’occupaient de mon clito, qui se retrouvait, malgré moi, à l’horizontal en pleine excitation. D’autres mains, pleines de doigts s’affairaient en ma chatte, écartant la ficelle de mon string inutile.

Je reçu le sexe du Maître bien au fond de ma gorge. Je laissai filer, tant bien que mal, la bave humide qui me remplissait la bouche. Je devenais folle face à ce régiment de doigts qui me parcourait de haut en bas, de long en large. La jolie trav’ aux seins blancs, accroupie, se réjouissait bouche grande ouverte de mon clito en rut.

 

D’un coup le Maître ressortit sa queue et l’on me releva brutalement pour me basculer, ventre en avant, sur la table au centre de la pièce. Déjà échaudée et brûlante, Je compris vite que je n’avais jusqu’alors subi que les préliminaires. Le plat de résistance s’annonçait.

Cette bande mêlant salope et salauds commença à s’en donner à cœur joie. Chacun s’essayant tour à tour sur ma bouche ou ma chatte en un ballet lubrique incessant. Une armée d’abeilles affamée plongeant leurs dards dans un pot de miel bien humide. Petite, grosse, fine, épaisse, toute une panoplie de sexes doux ou brusques. Je ne pus que remarquer dans ce tumulte, la belle blonde qui, je l’avoue, me plaisait à la folie avec sa poitrine aux tétons bruns qui remuaient en cadence et sa taille mannequin. De plus, elle s’en donnait à cœur joie cette chienne pourvue d’un spécimen genre XXL. Je me promis en moi-même, dans mes ultimes moments de lucidité, de la retrouver pour lui faire subir un  traitement identique avec délice et application.

On me retourna prestement et en plus de mes orifices trempés, on s’attarda de plus belle sur mon clito prêt à éclater. Encire une fois, cette putain de blonde reprit plusieurs fois de l’esquimau. A force de subir les assauts de cette armée insatiable mes yeux se brouillèrent sous le plaisir intense. Mes sens m’abandonnèrent sous la torture sexuelle inimaginable. Cette symphonie bouillante d’érotisme. Je ne réfléchissais plus. Je devenais un objet à leur merci, offerte à tout. Défoncée, déchirée, transpercée de toutes parts. Un  chemin foulé et labouré par des piétons, autos, camions et même trains entiers. Une mer soulevée en va et vient par l’ouragan. Une étoile explosant dans une galaxie de feu. La gigantesque flamme d’un ardent incendie.

Je ne sus combien de temps ce supplice merveilleux dura, mais je me rappelai les chauds liquides qui me pénétrèrent partout, coulèrent sur mon visage, aspergèrent mon corps, mes cheveux, mes cuisses, mes fesses. Je divaguais sous une fontaine de foutre, alors que sur le dos, tête renversée au bout de la table, je recevais une dernière obole du nectar du Maître.

 

Et puis, en un instant, je me retrouvai seule. Délaissée dans cette pièce sombre. Mes agresseurs disparus, comme envolés, je restai là quelques minutes ou plusieurs heures, je ne m’en souviens pas. Ma respiration se calma lentement.

Enfin, le corps endolori, recouvert de traces liquides s’asséchantes et encore brûlantes de cette violente intrusion en moi, j’aperçus le matelas et je m’y effondrai.

J’eus juste le temps, avant de m’endormir, de me souvenir du visage de cette sublime blonde qui un jour, j’en fus persuadé, allait en prendre une bien plus sévère sous ma domination.

 

 

 


Annafe Mai 21 '15 · Voter: 5 · Commentaires: 8
Claire Admin

Bonjour mes chéri(e)s !


Comme le titre le dit clairement, dans cet article, il va être question de hauteur. Pas d'altitude ! De hauteur... Et, comme à l'accoutumée, j'aimerais vraiment que vous apportiez votre grain de sel, comme le dit si bien ma très belle Chriss que j'embrasse au passage. (sourire)


Donc, je vais vous parler de hauteur...
... De talons !

Les chaussures de femme sont légion. Contrairement aux garçons, nous avons un choix illimité de formes, de coupes, de talons, de plateformes... Etc, etc...

Mais quel plaisir, n'est-ce pas, de passer ces merveilleux escarpins qui nous manquent tant lorsque, contraintes par la norme, nous portons nos vêtements de garçon. Quel bonheur d'enfin pouvoir laisser libre court à la sublimation de nos pieds à l'élancement de nos jambes, à la beauté que procurent des talons de 12 cm à nos gambettes voilées d'un fin nylon.

Je ne conçois pas de m'habiller sans avoir au préalable choisi quels escarpins je vais porter. Ma tenue en est même totalement dépendante. Telle paire s'adapte à telle jupe ou telle robe de telle couleur et il n'est pas possible pour moi, de me vêtir sans être certaine que mes escarpins seront parfaitement coordonnés à ma tenue. Du moins, c'est ma tenue qui doit être coordonnée à mes chaussures.

Peu importe la hauteur du talon ou sa forme. Dès lors que mes escarpins ont trouvé tenue à leur pied, je sais que je serai belle et que je pourrai me présenter au monde ainsi.

Mais, normalement, il était question ici de hauteur. Donc, de talons. Personnellement, je porte toujours des talons de 12 cm minimum. De préférence des talons aiguille. Je suis une grande fan du petit claquement sec qu'ils produisent sur le carrelage d'une cuisine ou d'une terrasse, sur le béton ou sur le bitume d'un trottoir. Lorsque je marche, j'essaye toujours de m'écouter. J'en suis à la limite du fétichisme... Peut-être même, en suis-fétichiste (rires). Mais j'aime ce bruit et j'aime mes jambes quand elles sont mises en valeur par la hauteur d'un talon vertigineux (j'ai de très beaux escarpins et de très belles sandales avec un talon de 15 cm).

Le seul problème en fait, c'est que les talons hauts me rendent très grande car je mesure déjà 1.90 m sans eux. Imaginez donc Claire avec des talons de 15 cm... Un jolie fille de 2.05 m de haut, ça perche !!! (rires) Et il semble que certains garçons reculent devant une telle taille. Qu'à cela ne tienne, j’aime les talons hauts et je ne vais sans doute pas arrêter d'en porter pour un détail aussi insignifiant (sourire).

Et vous mes chéries... Qu'en est-il de vos goûts en matière de chaussures ? Qu'aimez-vous porter. Êtes-vous talons hauts, mi-hauts ou chaussures de type ballerines ?

Si nous en discutions vous et moi ? Vous avez une idée de mes goûts, échangeons sur les vôtres. Qu'en pensez-vous ?

Je vous embrasse tendrement

Claire


Claire Jui 18 '14 · Voter: 5 · Commentaires: 8 · Tags: talons aiguille, vêtements, allure, sexy
penelope_tv

C'est fait !

Pour la première fois je me suis lancée et suis sortie seule au Cap d'Agde en cette belle soirée d'Août.

 

Il faut dire que j'avais bien ficelé le tout et ma soirée s'annonçait plutôt bien...

Au programme, plage de fin d'après-midi sur la célèbre baie des cochons, début de soirée au château de Tredos pour une spéciale Tgirls, fin de soirée dans le village naturiste là où le vent me mène…

 

1. La baie des cochons

Vers 17h30, je me rends donc sur cette fameuse plage dont j'ai déjà beaucoup entendu parler.

La plage est bondée et chacun attend la levée de camp des maîtres nageurs sauveteurs à 18h pour lancer le bal.

Première surprise, moins de vieux cochons que prévu et beaucoup de couples hétéro et gay qui bronzent, se caressent gentiment ou se baignent. Des hommes seuls arpentent déjà les dunes derrière à la recherche de quelques exhibitions cachées.

Il fait vraiment beau et chaud et chacun a l'air peu soucieux de son voisin.

 

J'ai pris le parti d'y aller nue comme tout le monde, ce qui ne laissera bien entendu aucune ambiguité sur mon véritable sexe...

En revanche, mon maquillage, mon joli vernis sombre sur mes pieds et mains, ma chaînette au pied, mon paréo sur l'épaule et mes mules à talons ne laisseront aucun doute aux moins avertis.

 

Je ne laisse pas indifférente c'est sûr, et beaucoup d'hommes se retournent sur mon passage.

Je choisis tranquillement ma place, assez proche des gay mais pas trop non plus car je préfère être entourée de couples et hommes en même temps.

Un homme avec son épouse me regarde avec insistance, je décide de me coller à eux; il faut dire aussi qu'il n'y a pas beaucoup de place !

Le soleil est bon et j'avoue être déjà bien excitée par tous ces gens autour de moi.

 

Monsieur me regarde avec insistance mais il n'est pas le seul dans le coin.

C'est pourtant sa femme, une jolie dame assez bcbg d'une cinquantaine d'année, qui m'interpelle et me propose que son mari m'enduise gentiment de crème solaire car je suis blanche !

Je me retourne, sors mon tube et le tend à son mari qui semble un peu fébrile à l'idée de m'enduir de crème :)

Allongée, il me masse doucement les épaules, le dos, les fesses, le tout sans excès.

Je me retourne à sa demande et il m'enduit le torse, le ventre, les jambes. Il termine très rapidement par mon sexe à priori troublé aussi par la situation. Sa femme en revanche l'incite à "bien me protéger" et lui demande de ne pas hésiter sur mon entrejambes.

Il appuie à nouveau sur le tube et me masse plus franchement entre les jambes, le haut de mes cuisses, mon anus, mes testicules puis ma queue. C'est un peu plus facile à enduire car je bande désormais, aux yeux et à la vue de tous, à commencer par mon couple voisin.

 

Jean, c'est son prénom, arrête ses massages et reprend sa place auprès de sa femme qui est visiblement très excitée par la situation. Je reste allongée sur le dos et les vois s'embrasser, chuchoter et j'imagine bien y être pour quelque chose !...

Il bande et Evelyne sa femme le masturbe tranquillement.

 

Quelques minutes passent sans dire un mot et le spectacle sur la plage est fascinant.

Les gardes ont quitté la plage, à droite à gauche, des groupes apparaissent au beau milieu de la plage puis se défont, puis recommencent au milieu de l'eau, puis dans les dunes.

Je suis partagée entre l'envie de voir, et l'envie de faire...

Le bukkake je n'ai jamais fait mais si quelque chose me fait fantasmer c'est bien ça : avoir des dizaines d'hommes autour de moi prêts à bander et jouir sur moi.

 

Je reste à ma place et profite pour l'instant du soleil, c'est tellement bon.

La plage est toujours bondée, mes voisins sont à l'affut de mes moindres faits et gestes.

C'est Evelyne qui fait à nouveau le premier pas et me demande si l'on peut se rapprocher. Je n'ai pas vraiment l'envie ni le temps de dire non !

 

Jean se retrouve collé à ma serviette, Evelyne est de l'autre côté de son mari. On échange quelques politesses puis Evelyne demande à son mari s'il souhaite me caresser encore. C'est n'est pas vraiment une question, et sans attendre la réponse, il commence à me caresser doucement les cuisses, puis ma queue qu'il fait rapidement gonfler.

Je ne bouge pas et le laisse faire; il est visiblement très excité et sa femme a pris sa queue en main, queue qu'il a assez volumineuse. Nos voisins directs de serviette n'en perdent évidemment pas une miette et d'autres couples ainsi qu'un homme seul se caressent gentiment en nous regardant. Je me rends compte de l'attrait que nous portons réellement quand je vois un homme d'une soixantaine d'année la queue dure à la main se poster seul debout face à moi.

Jean lui se fait plus insistant, il me branle lentement et s'est rapproché de moi. Je sens sa queue dure contre ma cuisse ce qui n'est pas pour me déplaire. Sa femme est contre lui dans son dos, elle semble le stimuler... Je décide de ne pas rester passive comme je l'étais et me redresse à côté de lui, j'ai très envie de le sucer. Ma main prend sa queue, puis je la prends dans ma bouche.

Visiblement il est comblé, sa femme aussi. Sa queue est bien raide et chaude et là je n'ai qu'une seule envie, le faire jouir. Tous deux me caressent la queue. Quelques minutes suffisent pour que Jean me demande de faire plus doucement.... je le regarde dans les yeux et il comprend que je n'ai pas vraiment l'intention d'arrêter. Entre temps, non seulement l'homme seul s'est encore rapproché - je peux voir sa queue à côté de celle que je suis en train de sucer - mais d'autres, de nombreux autres hommes sont arrivés entre temps ! Il y a au bas mot une dizaine d'hommes attroupés autour de nous, la queue à la main. Les serviettes qui m'entouraient ont quasiment disparu.

Je décide de continuer à m'occuper de Jean exclusivement; il aime, me tient la tête et me fait prendre sa queue entièrement en bouche. Je suis à genoux, lui toujours allongé, et derrière moi, certains ne se gênent pas pour me toucher les fesses, le dos, la nuque.

Jean pousse un long soupir et repousse ma tête; visiblement il veux jouir mais pas dans ma bouche. J'avoue ne pas être mécontente de moi et préfère qu'il fasse sur moi plutôt que dans ma bouche. J’ai envie de continuer à sucer et ne veux pas que chacun s'imagine que je vais avaler du sperme pendant 2 heures !

Il tient sa queue face à moi et lâche alors plusieurs giclées de suite sur mon torse et mon cou. Je prends sa queue et frotte mes joues contre pour lui témoigner de ma gratitude et soumission.

Evelyne lui caresse les couilles, Jean a la main droite entre les cuisses de sa femme pour éviter probablement les débordements avec tous ces hommes insistant autour de nous...

Je n'ai pas vraiment le temps de réfléchir quand Jean se rassoit; une bonne de douzaine de queues raides sont autour de moi.

Je reste à genoux et masse les couilles de mes différents assaillants avec mes deux mains. Je demande à mon couple préféré de surveiller mes affaires et commence à masturber ce que j'ai sous les yeux.

J'avoue ne pas avoir envie de faire n'importe quoi et préfère commencer à branler gentiment ces messieurs pour qu'ils se fassent du bien ainsi.

Un joli black se présente pourtant devant moi, et l'excitation aidant je lui lèche les couilles puis fait quelques aller / retour avec sa grande queue dans ma bouche.

Au même moment je sens quelqu'un éjaculer sur mon dos puis me caresser le dos avec son liquide chaud. Je laisse faire sans savoir qui fait cela et j'adore.

Je suis très excitée et ma queue est là pour en témoigner. De nombreux hommes veulent me branler et je me laisse faire sans hésitation.

Certain aventurent des doigts près de mon anus mais découvrent mon rosebud rouge bien enfoncé en moi... simple précaution.

Je demande au black de se retirer pour éjaculer; il entend bien et les autres assaillants aussi ce qui évite toute confusion : je suis là pour recevoir sur moi.

Ce ne sera pas long, je reçois plusieurs jets sur les joues et la bouche aussitôt.

Je prends un plaisir énorme à faire plaisir à cet homme. Je vois une quinzaine ou peut-être plus encore prêts à se faire sucer à côté de moi.

Tous bandent et attendent leur tour.

J'essuie avec ma serviette le sperme de mon beau black et il se retire tout de suite.

Evelyne et Jean sont toujours à mes côtés, visiblement bien excités par la situation.

Un beau gars d'une trentaine d'années est maintenant face à moi et me dis ne pas vouloir se faire sucer. Je le branle quelques secondes et le fais venir immédiatement sur moi. Il crie de plaisir et lâche plusieurs grosses giclées contre ma bouche. C'est délicieux.

Visiblement il est plus consciencieux que les autres et l'essuie lui-même !...

Au même moment je sentais un homme jouir dans mon cou sur ma gauche. Je ne l'avais même pas capté mais à priori il a aimé ça !

Je ne sais pas combien d'hommes se sont lâchés sur moi alors mais j'imagine une petite quinzaine. Certains sur mon dos, d'autres sur mes cuisses et ma queue, d'autres encore plus courageux sur mon visage sans que je ne les branle puisque j'avais déjà les mains ou la bouche occupée.

Je viens de jouir sans m'en rendre compte avec toutes ses mains qui m'ont excité et branlé.

J'arrêt quand mon couple protecteur me dit vouloir quitter la plage.

Beaucoup d’hommes étaient encore là. Cela faisait un peu fin du monde et morts de faim mais de nombreux hommes se sont littéralement finis sur moi quand j'ai commencé à bouger pour faire comprendre que j'allais partir.

Bien entendu j’ai laissé faire et j’avoue que sentir tous ces hommes se faire plaisir sur moi ont mis le feu en moi. J’ai pris ma queue en main et me suis masturbée encore sous les giclées de ces messieurs. C’était délicieux.

Vers 19h15, trois ou quatre hommes étaient à mes côtés encore quand je décidais d’arrêter là…

Un couple était là parmi les hommes restant; elle masturbait son mari et lui la tenait pour éviter les assauts des quelques hommes autour.

D’un signe j’ai compris qu’il finirait bien dans ma bouche. Je me suis approchée de lui à genoux et l'ai sucé. Sa queue était énorme et visiblement il prenait du plaisir sous mes coups de langue.

Il a vite joui, un peu dans ma bouche et surtout sur mon visage. Son sperme était délicieux et j'étais à mon comble.

Je me suis relevée après m'être essuyée, puis j'ai filé dans l'eau. Mon corps était enduit de sperme et malgré l’excitation que cela me procurait le bain était libérateur.

 

La célèbre baie des cochons venait de tenir ses promesses.

Ne restait plus qu'à se préparer pour la suite...


2. Le chateau de Tredos - A suivre

penelope_tv Aoû 19 '14 · Voter: 4.67 · Commentaires: 7 · Tags: bukkake, gangbang, rosebud, sorties, plage, exhib, cap d'agde
Clara9513
Je voudrai vous faire part de ma plus grande envie. Certains diront que ce n'est qu'un fantasme car il y a peu de chance qu'il se réalise un jours. Pourtant si la possibilité se présentait je la saisirais sans hésiter.

Comme un certain nombre de mes consœurs travesties je me suis déjà posé la question d'une transition permanente me permettant de vivre ma féminité à 100%. Face à cette question, chacun est libre de son choix et je respecte totalement celles qui ne veulent pas franchir le pas et se sentent mieux en gardant une double personnalité féminine/masculine. 
Mais en ce qui me concerne je rêve d'aller jusqu'au bout et de devenir une femme sexy focalisée sur un seul objectif de vie : être belle, attirante, plaire aux vrais hommes et assouvir leurs désir. 

Pourtant quand je vois tous les obstacles et les difficultés que représenterait ce changement radical et définitif d'existence je me dit que je ne me lancerait jamais. Certains pourrait me faire remarquer que cela veut dire que je ne suis pas vraiment motivée, que ce n'est qu'un fantasme que je ne souhaite pas réellement réaliser. Je pense qu'ils se trompent. Si je ne me lance pas ce n'est pas par peur du risque et de l'effort. C'est parce que je ne veux pas faire les choses à moitié. 

à quoi bon commencer à prendre des hormones si je n'ai pas les moyens de m'offrir la vraie poitrine de mes rêves grâce à une implantation mammaire ? à quoi bon vivre 100% du temps en femme si je n'ai pas les moyens de m'acheter les vêtements et le maquillage qui me permettrait d'être en permanence la poupée bimbo que je désire être ? à quoi bon avoir l'apparence d'une femme si ma voix me trahit en permanence, si mon épilation n'est pas parfaite ? si mes fesses restes trop masculine ? si mes lèvres ne deviennent pas assez pulpeuse à mon gout ? Et si mes cheveux ne ressemble qu'à ceux d'un homme aux cheveux long et non pas à ceux d'une femme ?

Si il faut faire deux heures de sport par jour ou un régime drastique pour avoir un corps de rêve, je suis prêt à le faire, si il faut prendre des cours pour modifier ma voix, apprendre à avoir un maquillage parfait ou à porter des talons de 15cm pendant des heures cela ne me pose aucun problème ! Si il faut couper tous les ponts avec mon ancienne vie, je m'y résoudrai. Mais vous voyez bien que tout ça est une occupation à plein temps, surtout quand on part d'un corps d'homme ! Et le temps c'est de l'argent. Oui l'argent reste malheureusement toujours le nerf de la guerre. Sans argent, pas de chirurgie, pas d'épilation laser, pas de reconstruction faciale et d'implant capillaire et surtout pas de garde robe et de maquillage dédié à la séduction des vrais hommes. Et n'étant aujourd'hui qu'un petit étudiant un peu paumé avec des faibles revenus ce n'est pas demain la veille que je pourrais me le permettre. Donc, comme je ne veux pas faire les choses à moitié, ça semble mal engagé.

Pourtant il existe une solution à mon problème. Elle n'a certes que de faibles chances de se réaliser, mais qu'importe, je vous la confie quand même. L'idéal serait de rencontrer un homme riche souhaitant disposer de sa poupée siliconée façonnée selon ses désirs, de sa femme objet prête à réaliser toutes ses envies dans le sexe comme dans la vie, de sa femme trophée à faire pâlir de jalousie tous les hommes de son entourage.Un tel homme devrait prendre en charge tous les coûts de ma transformation et m'entretenir. Et là vous me diriez que je suis vénale, certains hommes un poil macho irait même jusqu'à dire que je ne suis intéressé que par leur porte-feuille comme toutes les femmes. Pourtant ce serait faire une grave erreur sur mes intentions. 

L'argent ne m'intéresse pas en tant que tel. Il est juste le moyen qui me permettrait de devenir la poupée de VOS rêves. Toutes mes dépenses de vêtements, de maquillage ou de chirurgie n'auraient qu'un seul objectif vous offrir la femme sexy et salope de vos désirs les plus fous. Si vous souhaitiez m'habiller de manière provocante et vulgaire vous pourriez, si vous vouliez me faire implanter une poitrine démesurée vous en auriez le droit. Je serai prêt à réaliser TOUS vos désirs, sans aucun tabous. Car si vous m'offrez une vie dans laquelle je puisse me consacrer à 100% à l'amélioration de ma féminité et de mon sex-appeal, je vous serez infiniment reconnaissante et je me consacrerait à votre service. Ce qui est tout à fait différent d'une femme vénale qui, la plupart du temps, ne dépense pas d'argent pour réaliser les désirs de son homme mais plutôt pour satisfaire ses propres envies. 

Mais me diriez vous, à quoi bon (si vous avez les moyens) dépenser tout cet argent pour transformer un homme en femme quand vous pourriez le dépenser directement dans l'entretien d'une femme biologique ? Et bien je dirais que l'avantage avec moi c'est que vous pourriez me façonner à votre guise puisqu'il faut tout changer en moi et ça je ne crois pas que beaucoup de femmes vous laisseraient le faire. J'ajoute que, ayant été un homme, je sais parfaitement ce qui leur fait plaisir. Et comme votre plaisir sera mon unique objectif cela vous promet des moments inoubliable en ma compagnie. Enfin, vous n'auriez pas d'autre obligation envers moi que mon entretien en vue de votre plaisir. Je ne serai jamais jalouse et vous n'auriez pas de compte à me rendre. Je serai à votre disposition pour réaliser vos envies 24h/24 mais si vous souhaitiez aller voir ailleurs vous en aurez parfaitement le droit. Je ne serai là que pour votre plaisir, pas pour décidez si vous pouvez le prendre ailleurs ou non ! 

Alors voilà, certains me diront que ce texte n'est qu'un fantasmes, d'autres seront peut être vaguement intéressé mais n'oseront pas me prendre au sérieux et franchir le pas. Et peut être que personne ne pourra m'aider à réaliser ma plus grande envie. Mais ça ne m’empêche pas de continuer à espérer car il est toujours bon de se dire que mes rêves les plus fous peuvent se réaliser. Alors si vous désirez vivre cette aventure avec moi, si vous souhaitez être l'heureux propriétaire d'une femme sexy, salope, docile et entièrement dédiée aux plaisir de la vie et à vos envie, n'hésitez pas à me contacter pour que je puisse commencer à vos coté mon long chemin vers la perfection féminine.

Clara
Clara9513 Nov 22 '16 · Voter: 3.50 · Commentaires: 6 · Tags: féminisation, sexe, clara, transition, appartenance
Pages: 1 2 3 4 5 ... » »»
Pubs