Loading...
fr

Blogs

Résultats pour: "travesti"
Robin29396
2 semaines....ça faisait 2 semaines que j'ai pas eu de rapports sexuels, et vu le grand coquin que je suis, c'était pas évident xD. Puis, en faisant quelques recherches, j'ai entendu parler d'un cinéma porno (l'un des derniers en France) situé près de Marseille, qui se nomme "l'Etoile", et apparemment, cinéma porno = lieu où baiser.


Voulant m'amuser pour la dernière fois en 2015, j'ai pris mon billet, direction Marseille et "l'Etoile": le lieu est en 2 étages, avec au rdc le sex-shop et le cinéma sur 2 étages (avec 2 salles au 1er étage et 1 grande salle au 2nd étage). Je suis allé au 1er étage et je suis tombé sur une magnifique créature blonde, très salope; elle a commencé à me sucer: hummmm quel délice; puis, on s'est embrassé langoureusement (comme je vous l'ai dit mesdames: j'adore vous embrasser), avant que je lui lèche les seins (un régale). Et puis, on a baisé: au début, j'ai eu un peu du mal car ma capote n'était pas assez humide, puis s'est passé lentement et sensuellement. On a fait l'amour pendant.............1 heure !!!! Oui, vous l'avez compris: j'ai battu mon record (qui était de 10 à 12 minutes) et j'ai pas pris de poppers; en même temps, j'étais excité et très endurant. Et ça s'est fini de la meilleure des manières: en lui faisant avaler mon sperme.


Quelques minutes après, j'ai décidé d'aller dans la grande salle au 2nd étage et je me suis assis à côté d'une belle brune, en bas et talons (tout ce que j'aime): je commençais à me masturber à côté d'elle, puis elle a pris ma queue et m'a sucé; j'en ai fait de même en suçant sa chatte, après l'avoir embrassé et lécher ses tétons: c'était délicieux; et puis, on a baisé dans la salle: au début, c'était aussi compliqué car ça se passait sur les sièges, donc c'était étroit (comme son trou ^^), mais j'y suis arrivé et je me suis régalé (là, par contre, ça a duré 10 minutes).


Bref, j'ai fini 2015 en beauté !!!!

Robin29396 Déc 30 '15 · Tags: blonde, ejac, pipe, travesti, brune, éjac
claudec2

La nature ça m'a toujours fait de l'effet. J’aime la caresse du vent et la chaleur du soleil qui électrise mes sens. Dès que je trouve un petit coin agréable, je ne résiste pas à l’envie d’exhibe et de me dénuderen pleine nature

 

Tout à mes pensées érotiques, je me baladais tranquillement quand arrivant à la lisière de la forêt, je découvre cet endroit charmant.

 

Face à ce tas de bois, le désir monte. J’imagine le bûcheron réalisant ce dur labeur. Il est là, il me regarde, nos regards se croisent. Je devine sous son pantalon un dard tendu Je m’approche, je l’effleure, je le déboutonne pour le libérer de sa cage trop étroite. Je butine ce gland gonflé, je le gobe et l’avale. Toute excitée, je mouille. Il va et vient tout au fond de ma gorge. Il explose dans ma bouche, son nectar me rempli les amygdales. J'aime quand ça coule le long de ma bouche et entendre ses râles de plaisir quand il se vide sur moi. Ca me rend extatique, mon corps devient lourd et chaud de bonheur. C’est tellement bon, son jus est si sucré.

 

Il me relève, se colle derrière moi. Ses mains rugueuses pétrissent mes seins. Lentement elles glissent, râpant mon corps, caressent ma croupe…

 

Soudain, la sensation bizarre d’un regard fixé sur moi, je me retourne. Là, à quelques mètres, un homme bien réel sur sa moto m’observe, visiblement très excité. Depuis combien est-il là ? Je ne sais pas, pris dans mon rêve, je ne l’ai pas entendu arriver.

 

Le regard brillant, d’un pas assuré il s’avance vers moi. Tous mes sens à vif, une intense excitation m’envahie. Déjà soumise à tous ses désirs, tout mon corps aspire au plaisir. Je sens son souffle, il se colle contre moi, ses mains m’explorent. Son dard effleure ma raie, s’aventure dans ma vallée intime. Le désir est intense. Instinctivement, je m’ouvre, me cambre toute offerte. Il effleure puis caresse ma rondelle d’amour. D’une douceur virile, il m’écarte lentement ce pieu tendu me pénètre. Agrippé à mes seins, il va et vient jusqu’au fond de mon intimité. Je suis au bord de l’explosion …Il se vide, râle de plaisir.

 

Tous mes sens s’emballent. Emportée dans un tourbillon de jouissance c’est un feu d’artifice jusqu’à l’extase.

Epuisée, mis comblée de plaisir, dans les brumes de la jouissance je le regarde s’éloigner. Il a disparu comme il était arrivé. Une promenade inoubliable...

 

 en forêt

J’adore le sexe en pleine nature et partager ma jouissance avec des inconnus. Pas de gène, c’est juste pour le plaisir des sens. Alors, montrez-moi votre anatomie en bas de la ceinture. Et invitez-moi, en forêt, à la campagne, sur une plage ou tout autre lieu. N’hésitez pas à me surprendre, j’adore l’imprévu...

 

 

Au plaisir de vous rencontrer

Evotive

claudec2

Seule au bureau, j’en profite pour essayer ma nouvelle tenue. Prise par le plaisir et sans regarder l’heure, je ne résiste pas à l’idée de rentrer ainsi. En sortant de l’ascenseur, le gardien est dans le hall. Le bruit des mes talons attire son attention.

 

A chaque pas ma jupette vole, dévoilant furtivement mes dessous. Comme je m’approche de lui, il me déshabille des yeux. Son regard fixé sur ma jupe ne rate rien de mon intimité dévoilée. Passant devant lui, je croise son regard rempli de désir. Comme je franchis la porte, il m’adresse un « bonne soirée mademoiselle ».

L’excitation m’envahie, mon minou durcit. Une envie folle de faire demi-tour, et si j’avais oublié quelque chose au bureau ?

 

Finalement je traverse le parking. Quelques hommes pressés me regarde et poursuivent leur chemin. Je prends ma voiture et m’élance sur la route. Un grand classique mais j’adore. Rapidement, je m’arrête, pour évoluer sur ce long ruban de bitume dans la lueur des phares. Puis un passage par la zone commerciale, pour la photo souvenir.

 

Je reprends la route. J’adore ce sentiment de liberté ou tout peut arriver. J’aime cette sensualité et la caresse du manche (levier de vitesse). Remonte en moi le souvenir de cet autostopeur que j’ai pris lors de ma dernière escapade en voiture. Passé la surprise, quel plaisir il m’a donné. Enfin ce soir pas d’autostopeur dommage.

 

Arrivée au parking, toute excitée, j’ai le besoin irrésistible de libérer mon intimité. Prise par mon streap, je n’ai pas remarqué un couple arrivant. Alors que je me retourne je me retrouve face à eux, mon jardin secret offert. L’homme m’adresse un clin d’œil complice en souriant tandis que sa compagne l’entraîne. Visiblement, il a apprécié, le gonflement est évocateur. Je sais que je le reverrai.

 

Une soirée imprévue de sensualité et d’érotisme, riche en excitation que j’aurai aimé partager.

 

Au plaisir de vous rencontrer

Evotive

 

Claire Admin
Bonjour mes chéri(e)s !

Une fois posée la question en titre, il me fallait y répondre le plus objectivement possible.
Donc, que suis-je ?
Longtemps, je fus UN travesti. En fait, cela a duré certainement une grande partie de ma vie (au moins la moitié). Pourquoi ? Tout simplement parce que isolé (je mets le masculin volontairement), je pensais être assez unique. Je ne faisais, comme beaucoup de travestis, que m'habiller en femme. De loin (très loin), on aurait pu croire que j'en étais une mais dès qu'on s'approchait suffisamment, l'illusion disparaissait comme la rosée du matin au soleil. Envolée donc, cette femme que je rêvais de devenir !


Et puis, internet est arrivé. J'ai alors commencé à mener des recherches. Recherches qui m'ont d'abord conduite sur un site que je n'oublierai jamais : TVQ (travestis Québec).
Ce site, aujourd'hui disparu m'a ouvert les yeux. Non ! Je n'étais pas seule ! Il existait à travers le monde des tas de personnes comme moi !!! Elles vivaient alors le même dilemme que moi : étaient-ils (elles) des hommes déguisés en femme ou étaient-elles (ils) des femmes à part entière lorsqu'ils (elles) se transformaient ?

J'ai appris, grâce à ce site qu'en fait, je n'étais rien moins qu'une femme (ou un homme, c'est selon) à temps partiel ! 100% homme (avec quelques détails en moins, j'y reviendrai) lorsque je n'étais pas "transformé". Et 100% femme (avec un détail en plus) lorsque j'étais "transformé".

L'homme que j'étais a alors pris une décision. Puisque la crédibilité de la femme que je devenais était primordiale, il fallait me débarrasser de quelques détails "encombrants". Je me suis donc rasé puis, me rendant compte que le rasage ne durait pas assez à mon goût, j'ai commencé à m'épiler. J'ai pris des leçons de maquillage, j'ai commencé à acheter des vêtements, des dessous, des chaussures. En fait, j'ai utilisé au maximum cet endroit magique qu'est internet pour affiner et parfaire la femme que je devenais de temps à autre.

Et le résultat ne s'est pas fait attendre, plus j'avançais dans cette démarche, plus je devenais cette femme que je voulais être.

J'ai alors recherché des espaces où il serait possible d'exposer le résultat du travail accompli et y ai posté mes photos. Et là, la magie a opéré ! Les contacts se sont multipliés, j'ai trouvé des amis et des amies sincères et fidèles. J'ai également trouvé des amants extraordinaires. Amants d'un soir ou d'une période donnée. Tous étaient animés par la même passion : ils aimaient les travestis et voulaient le leur montrer aussi souvent qu'il était possible ! Tous adoraient les caresses que Claire leur prodiguait. Tous aimaient ce corps que Claire leur offrait ! Et tous en redemandaient !

Ceci étant, et en guise de conclusion à ce billet, je dirais que je ne me considère plus comme un travesti. Non ! Je ne suis plus un travesti. Je suis une transgenre. Une personne au sexe, comment dire.... ALTERNATIF ! Le terme exact pour désigner nombre d'entre nous. Car en fait, je suis amoureux fou de mon épouse qui partage avec moi cette passion dévorante qui m'anime et qui l'accepte sans réserve. Mais en même temps, Claire est toujours là, tapie dans l'ombre et prête à surgir à la moindre occasion ! Claire est une femme. Elle vit en moi ! Elle est en quelque sorte locataire du mec que je suis le plus souvent. Et lorsqu'elle peut sortir, je lui laisse toute la liberté dont elle a besoin pour s'épanouir.

Voilà qui est Claire. Claire n'est pas un ou une travesti(e). Claire est VRAIMENT une femme. Simplement, elle ne se manifeste que lorsque le besoin (car il s'agit vraiment d'un besoin) s'en fait sentir. Et Claire est tellement femme qu'elle ne regarde que les hommes lorsqu'elle se libère. Claire aime s'offrir à un garçon lorsque, libre, elle peut être celle qu'elle veut.

Je vous embrasse toutes et tous tendrement.

Claire

Claire Jul 20 '14 · Voter: 5 · Commentaires: 13 · Tags: transgenre, travesti, femme
Pubs