Loading...
fr

Blogs

Robin29396
Les sens d'Elle et de Lui s'effleurent.


Lui la caresse avec le doux toucher de ses doigts rapprochés à son cou.

Elle le caresse avec le goût subtil de ses lèvres fruitées sur les siennes.

Lui la caresse avec la douceur de l'ouïe, le tout en lui déclarant des mots enflammés de passion.

Elle le caresse avec l'érotisme de l'odorat par son délicat parfum sensuel.

Lui la caresse avec la vue d'un regard complice et alchimique.


Elle et lui forment l'union d'une alchimie érotique, la fusion charnelle pour nuit.


Le lendemain, Lui se réveille seul, sans Elle, sans son parfum, sans le goût de ses lèvres. Lui se réveille seul, se rendant compte que cela n'est et ne sera que rêve. Les larmes sortent des yeux de Lui et s'évaporent, telles les larmes dans la pluie.


Et le cercle onirique continue, où Lui est à la quête d'une fusion charnelle avec Elle... Un cercle onirique éternel, punition à la fois poétique et douloureuse... Il est temps pour Lui... De continuer à rêver éternellement et à attendre... Jusqu'à la fin... Pour Elle...

lilileet
VSa mère et la vieille femme avaient refusés catégoriquement qu'on lui fisse porter quoi que se fut

sur sa poitrine bourgeonnante avant ses 16 ans, la croissance de ses seins étant très liée à sa

puberté, très contrôlée par les nombreuses potions qu'on lui faisait boire et sans lesquelles 

par exemple il eut été impossible de mettre en place le bijou de clitoris et les carapaçons 

minuscules de ses ovaires.


Elle courut jusqu'à sa chambre où une fille préparait en s'extasiant les délicats vétements que le

vieux Monsieur souhaitait la voir porter, plaquant sur corps voluptueux de femme épanouie, le long

déshabillé parme de nylon transparent. Elle rit aux éclats en voyant apparaître Marilyn courant, 

son long clitoris orné battant sur son ventre.

- Ah te voila, ma belle chérie, regarde ce que le vieux cochon veut que tu portes cette fois, c'est sûr

 qu'il ne va rien rater de toi et je parie que ton clito ne viendra plus battre ton petit ventre une fois

 que tu l'auras enfilé, regarde cette finesse, touche cette douceur

dit elle en prenant la main de Marilyn et la posant sur le fin déshabillé.

Marilyn rougit.

- y a t'il des collants comme l'autre fois ? demanda t'elle

- haha pas cette fois, toujours cette obsession du transparent qu'il a, mais ils étaient vraiment trop

 fins l'autre fois, c'est à cause de ses grosses pattes qu'ils se sont déchiré

Marilyn rougit encore

- Mais non ma toute belle, ce n'est pas de ta faute, une fille dans de la lingerie comme ça c'est

 normal qu'elle s'excite. Et il le sait bien le vieux cochon. Viens ici que je te montre la suite et

 Marilyn venant tout contre elle, elle l'entoura de son bras et posa la main sur ses fesses


(A suivre ...)

lilileet Oct 14 '19
lilileet
Marie était entrée très jeune dans cette "maison" très fermée pour messieurs très argentés.

Marie était très belle. vraiment trés belle. Et elle était tombée amoureuse d'un garçon très jeune

et très beau qui l'avait laissé tomber après l'avoir mise enceinte. Une fille aussi belle, seule,

désargentée, ca ne passait pas inaperçu. 

Elle avait mené sa grossesse chez Madame et puis était devenue l'une de ses Hôtesses, la

meilleure.

L'enfant avait grandi dans cet univers feutré, au milieu de ces dames toutes plus belles les unes 

que les autres. Son sexe ? Elle était née garçon, sans aucun doute, mais avait grandi fille. Sa

mère l'avait appelée Marilyn. Peut être parce qu'elle n'aimait pas les hommes qui l'avaient bien trop

fait souffrir et qu'elle voulait que sa fille soit comme elle. Madame était un peu sorcière, elle

connaissait des formules qui avaient ralenti la puberté de Marilyn, avaient orienté ses gôuts de

petitefille. 

Marilynn ayant passé toute son enfance dans ce milieu de femmes qui la voyaient comme une

petite fille, elle en était incontestablement une. Gracieuse, avec de longues jambes fines, elle

dansait souvent dans le grand salon guidée par son professeur, en tutu, body rose et collants blancs

sous les regards atttendris de sa mère. En plus de son éducation de jeune fille, elle partageait la vie

des filles, lavant leur linge, apprenant leurs petits trucs et les vieux messieurs fortunés qui venaient 

là la couvaient des yeux, posant mille questions à la mère .

Et elle eut 17 ans ...



Seuls certains Messieurs, très vieux et très riches pouvaient parfois passer avec elle quelques

heures.

Les filles passaient alors des heures à la préparer, à la baigner, à lui enduire le corps de crèmes

nourrissantes, de parfums délicats, à peigner ses longs cheveux bouclés, à manucurer ses ongles

des pieds et des mains, qu'elle avait longs.

Sa peau était parfaitement lisse et d'une douceur éxtrème.  C'était un jeu qu'elle partageait avec les

autres filles de la maison que de chasser le moindre petit duvet qui faisait mine de vouloir devenir

disgracieux.

Un soin particulier était donné à sa toison par sa meilleure amie, qui selon les désirs exprimés par

le Monsieur, pouvait lui donner une forme de coeur, de simple triangle ou la laissait parfaitement 

nubile.

A la Madame, qui la connaissait depuis sa naissance et lui avait toujours administré tous ses

traitements, revenait la tâche de la parer de ses bijoux, toujours selon les désirs du monsieur, 

tous ces très riches bijoux offerts bien sur par lui.

C'était là une cérémonie qui pouvait durer des heures, de la rivière de diamants à son cou, à ceux

de son nombril, des petites boucles d'oreilles aux très larges créoles. 

Parmi les désirs usuels il y avait aussi les fines chainettes de ses délicats poignets et de ses 

chevilles, les bagues prècieuses à ses doigts de mains et de pieds.

Surtout, cette femme était chargée de ses parties les plus intimes, qu'elle connaissait parfaitement 

pour en avoir suivi sinon dirigé depuis toujours l'épanouissement. Marilyn prenait avec le sourire

lescaprices de ces vieux hommes qu'elle appelait "mes oncles" et se pliait de bonne grâce à leurs

désirs les plus pervers.

Depuis longtemps la vieille Madame avait perçé son corps aux endroits les plus tendres et ce qui la

faisait pleurer enfant ne lui ammenait maintenant tout au plus qu'une grimace.


Ainsi, bras tendus et jambes largement écartées laissant apparaître son intérieur tout rose, elle 

laissait la vieille femme parer le contour de son anus parfait - sa chatte comme l'appelaient

familièrement les autres filles - de petits anneaux d'or très fins et en très grand nombre et

remonter ainsi le long de son entrejambe.

Il y avait surtout et le monsieur dépensait là une fortune, le bijou qu'elle porterait sur le clitoris.

Tout le monde dans la maison et depuis très longtemps, avait décidé qu'elle n'avait pas un pénis

mais un clitoris, un clitoris unusuellement développé. C'était aussi la partie la plus délicate et que

la vieille femme maitrisait parfaitement, ayant donné à l'artisan de nombreux détails anatomiques

variant avec sa croissante, les plus simples étant la longueur et l'effilement de l'étui clitoridien, 

le vieil homme exigeant cependant que celui ci soit le plus effilé possible et que les carapaçons de

ses "ovaires" comme disait tendrement la vieille femme soient les plus petits possible. 

Ainsi, pour ses 17 ans, son oncle le plus proche fit réaliser un bijou merveilleusement décoré dont

la longueur de l'étui d'or était de 11,5 cm et le diamètre de 1,2 cm. Les carapaçons  ovoïdes 

mesuraient 1,9 cm précisément dans leur plus grande longueur.

Elle s'était mordu les lèvres quand la femme l'en avait paré, celle ci lui dispensant des mots

d'apaisement d'une voix douce. 

Le bijou fixé, son gland tout rose épanouissait à l'extrémité, sa grosseur inhabituelle les faisant rire

toutes deux de bon coeur. Puis la vieille femme après avoir fait un baiser sur ce gland tout rose, 

donna une claque sur les fesses de la fille nue qui regardait son profil dans la glace, l'assurant

qu'elle était merveilleusement belle - ce qui était vrai - et lui donna rendez-vous un peu plus tard 

- car elle était fatiguée-, pour appliquer la dernière partie du bijou, un anneau assez large qui

percerait son gland, à travers l'urètre.


A suivre ...


Carole Le Vice 

Le 4 Octobre 2019

lilileet Oct 4 '19 · Commentaires: 1
Robin29396
Pour vous mesdames, je suis prêt à faire des folies, à faire tout (dans la limite du raisonnable et du consentement).


Pour vous mesdames, je suis prêt à faire plus de 600 kilomètres pour vivre une aventure coquine, torride, érotique et passionnelle avec l'une d'entre vous en terre parisienne.


Pour vous mesdames, je suis prêt à faire plus de 1000 kilomètres pour vivre une aventure coquine, torride, érotique et passionnelle avec l'une d'entre vous en terre rennaise.


Pour vous mesdames, je suis prêt à faire plus de 600 kilomètres pour vivre une aventure coquine, torride, érotique et passionnelle avec l'une d'entre vous en terre parisienne.


Pour vous mesdames, je suis prêt à faire plus de 1000 kilomètres pour vivre une aventure coquine, torride, érotique et passionnelle avec l'une d'entre vous en terre bretonne.


Pour vous mesdames, je suis prêt à faire plus de 700 kilomètres pour vivre une aventure coquine, torride, érotique et passionnelle avec l'une d'entre vous en terre bordelaise.


Pour vous mesdames, je suis prêt à faire plus de 900 kilomètres pour vivre une aventure coquine, torride, érotique et passionnelle avec l'une d'entre vous en terre angevine (ou à Ecouflant pour être plus précis).


Pour vous mesdames, je suis prêt à faire plus de 1000 kilomètres pour vivre une aventure coquine, torride, érotique et passionnelle avec l'une d'entre vous en terre lilloise.


Pour vous mesdames, je suis prêt à faire plus de 200 kilomètres pour vivre une aventure coquine, torride, érotique et passionnelle avec l'une d'entre vous en terre montpelliéraine.


Pour vous mesdames, je suis prêt à tout, pour vivre un moment avec vous.

Robin29396
Pour toi C. , j'attendrai.


Quand j'ai prévu ce voyage et cette rencontre avec toi, j'étais aux anges: tu ne cesses de plaire. Une nuit sur 2, je rêvais de cette nuit intense avec toi et j'attendais ce moment depuis longtemps. Mais le destin en a décidé autrement.


A partir du moment où j'avais prévu notre rencontre, je me suis fait la promesse de ne pas proposer de rencontres à quelqu'un d'autre sur ce site car la seule femme avec qui je désire passer une belle nuit, c'est toi; la 1ère raison de mon voyage à Paris, c'était toi et uniquement toi. Même si ça ne se voit, je tente de faire maintes efforts pour vous toutes, pour toi, même si au final, cela demeure vain.


Maintenant, c'est à toi C. de décider: tu m'as dit que c'était à moi de voir si je le désire, mais c'est à toi en vrai de voir si tu le désire sincèrement. Une partie de moi sait qu'il faudra encore attendre, une autre a le sentiment que c'est pas réciproque, que c'est pas vrai tout ce qui est dit; une partie de ping-pong émotionnelle.


Si vraiment tu désires tout cela, alors je t'attendrai; si mon compte en banque le veut, je reviendrai sur Paris, pour toi C.


Pour toi C. , je t'attendrai.

Robin29396 Jui 19 '19 · Tags: amant, amante, désir, passion, plaisir
Robin29396
A ma chérie, ma femme (et elle se reconnaîtra).


Après avoir passé beaucoup de temps à jouer au jeu de la séduction, après des tentatives ayant échoué, enfin on se verra. Certes, c'est un jeu de séduction, mais j'adore jouer à ce jeu car tu me plais, je te plais et je sais (tout comme tu sais) qu'un jour, toi et moi nous serons pour la première fois ensemble.


Bientôt, cette nuit érotique tant rêvée se concrétisera.


Bientôt, toi et moi vivrons ce désir tant attendu.


Bientôt, nos corps fusionneront en 1 moment magnifique.


Bientôt le désir ardent qui sommeille en chacun d'entre nous 2 sera libéré.


Je te désire, je désire te prendre nue (avec seulement les bas) ce soir-là et je désire réitérer cette nuit encore et encore avec toi.


Bientôt, tout cela se fera et on pourra enfin en profiter.


Et ne t'inquiète pas: je ne porterai pas de masque. Je serai là, pour toi, un bouquet de fleurs à la main, le feu passionnel au rendez-vous et je ferai tout pour que tu sois épanouie dans mes bras cette 

nuit-là.




Robin29396 Mai 11 '19 · Tags: amant, amante, désir, passion, sexe
Robin29396
Est-ce que je veux te caresser ? Oui.

Est-ce que je veux t'embrasser ? Oui.


Est-ce que je veux te lécher partout ? Oui.


Est-ce que je veux te baiser ? Oui.


Est-ce que je veux te féconder ? Oui.


Est-ce que je veux t'offrir mon foutre à boire ? Oui.


Est-ce que je veux t'engrosser ? Oui.


Est-ce que je veux te faire des bébés jusqu'à ce que tu deviennes accro à ma queue et que tu veuilles que je te baise et que je te féconde encore et encore ? Oui.


Est-ce que je veux que tu sois ma femme toutes les nuits et que toi et moi passons des nuits de sexe intense jusqu'à ce que tu me supplies de continuer encore et encore, juste toi et moi ? Oui.

Robin29396

"Depuis plusieurs mois déjà, je suis l'amant de M, mariée et mère. On se voit régulièrement, en particulier le weekend. M. m'a avoué qu'elle aime toujours son mari, mais niveau sexe, passion, désir et autres, elle se sent plus épanouie avec moi: je dois avouer que c'est très flatteur. D'ailleurs, il le sait et pour lui, ce qui compte, c'est le bonheur de sa femme.


Alors que nous organisons nos retrouvailles, M. m'a fait une confidence: elle aimerait que je la féconde lors de nos plans culs. Depuis son mari, elle n'a jamais vécu ça: à vrai dire, elle a jamais voulu ça avec lui car elle ne se sentait pas prête; mais avec moi, elle se sent beaucoup plus libre. Au début, j'étais surpris, mais au final, j'ai fini par sourire et accepter.


Je lui ai proposé si ça lui dit qu'on se retrouve à l'hôtel, mais M. m'a fait une bien meilleure proposition: qu'on passe le weekend ensemble au domicile conjugal, pendant que le mari emmène enfants ailleurs. Belle surprise: décidément, j'ai beaucoup de chances.


Je rejoins M. au domicile conjugal, accompagné d'un bouquet de fleurs: elle m'accueille en robe rouge passion, bas et talons noirs, une bouteille de champagne à la main; et bon sang, qu'elle est belle. On se saute dans les bras et on s'embrasse langoureusement: quel extase.


D'abord, nous nous posons sur le canapé, en train de déguster le champagne, et nous discutons un peu de nos retrouvailles, de ce moment qu'elle désire tant: un moment, je pensais qu'elle se sentirait stressée à l'idée de recevoir sa première fécondation, mais en la voyant avec le sourire, j'ai compris qu'elle en a envie et que ce weekend serait inoubliable.


Après s'être caressés et embrassés passionnément, M. et moi partons au lit conjugal: hummmmmmmmmmm je sens que je vais passer un magnifique moment. Nous continuons à s'embrasser, nous nous déshabillons, M. se met à genoux et me suce intensément (je me retiens pour tout réserver pour la fin) avant que j'allonge sur le lit pour lui faire un cunnilingus de champion.


Puis, pour la première fois depuis notre relation, je la baise sans capote: je sens la chaleur mouillante de son minou et elle apprécie bien, la petite coquine. Alors, je commence mes va-et-viens doucement, puis fougueusement, dans toutes les positions; d'ailleurs, comme M. raffole de la sodomie, je la sodomise également, sans capote: bien sûr, il faut beaucoup de lubrifiant pour réussir à la pénétrer, mais bon sang, c'est le pied et cette petite salope raffole encore et encore.


M. jouit tellement qu'elle mouille et me hurle de désir: "Oui ! Baises-moi. Je suis ta chienne. Oh oui, chérie ! Fécondes-moi ! Je suis ta femme ce weekend, alors fécondes-moi, mon chéri !" Je ne peux qu'être comblé. Je la baise en missionnaire, tout en l'embrassant, pour que le sperme arrive bien au chaud dans son minou; alors que je continue à la pénétrer fougueusement, je finis par jouir dans sa chatte et je la féconde: un instant magique. Elle me remercie, nous nous embrassons, tandis que je reste en missionnaire dans elle, pour tout laisser couler. Une fois que ça a coulé, je ressors de son minou et je vois tout le sperme sortir: M. regarde la scène, heureuse, me regarde avec le sourire et me dit: "Merci. Hummmmm c'était tellement bon et tu baises tellement mieux que mon mari. Merci, merci !"


Je me rallonge sur le lit et nous tombons dans les bras. M. est blottie contre moi, me tient la main et me prononce ces paroles: "Je m'amuse tellement bien avec toi. A partir de maintenant, tu seras le seul qui aura le droit de me féconder. Lui, je l'aime, mais je te veux toi pour ces instants d'imprégnation libertin et coquin !"


Cela me fait plaisir. Nous nous embrassons une dernière fois et nous nous endormons ensemble, dans les bras, avant que je recommence à la féconder à nouveau le lendemain, sous la douche."

Robin29396
Fusion des passions pour une union charnelle tantrique.



Me voilà avec C: cela fait longtemps que je désirais la voir. J'ai tellement envie d'elle, mais je ne veux pas me précipiter les choses, faire vite: je veux prolonger cette nuit avec elle.


Nous nous voyons enfin: C. porte une somptueuse robe, des bas blancs soyeux et des talons noirs, le tout renforçant son côté "Femme Fatale" qui me plaît chez elle. Mais ce que je préfère le plus chez C., c'est son visage, son regard et ses lèvres: c'est ce qui m'a tout de suite plu quand j'ai vu ses photos. Je suis excité au fond de moi, mais je reste calme pour continuer à lui plaire, à la séduire, à faire bonne impression. Alors que nous nous asseyons sur le canapé, C. nous sert à tous les 2 un verre de vin; nous trinquons, nous buvons, nous commençons à discuter et à ce moment-là, l'attraction tantrique opère: je commence à caresser du bout de mes doigts sa main, je la regarde avec désir, passion, envie, C. me regarde réciproquement de la même manière, nous sourions, je commence à caresser son visage si doux, si féminin, la flamme passionnelle en moi s'excite, mais je me retiens pour la fin.


Alors, je commence par embrasser sa main que j'ai caressé quelques secondes auparavant. Puis, C. s'avance vers moi: nous commençons d'abord par se caresser; je lui caresse le visage une nouvelle fois, puis le cou, la poitrine, la jambe pour remonter tout doucement vers sa cuisse, puis son entre-jambe, alors, C. gémit doucement de plaisir. Ensuite, elle me caresse aussi le visage, puis mon entre-jambe: quel délice, j'adore. Nous nous embrassons, lentement mais langoureusement et passionnément, tandis que je glisse ma main sous son soutien-gorge pour caresser son sein, je sens son téton pointer pour son grand plaisir et pour le mien également. Je m'arrête de l'embrasser pour embrasser son cou, tandis qu'en même temps, je glisse sa main dans sa culotte (ou son string ou son boxer en dentelle) pour stimuler son clito: je sens la chaleur monter en elle, un pur extase; après, je recommence à l'embrasser et nous continuons à s'embrasser comme tel pendant un certain temps.


Nous montons ensuite dans sa chambre. Nous nous posons sur son lit et nous continuons à nous caresser, à nous embrasser. Après, on se déshabille: je lui enlève sa robe et son soutien-gorge, tout en continuant à embrasser son cou, puis, elle me déshabille, tout en continuant à m'embrasser. A ce moment-là, elle se met petit-à-petit à genoux, embrasse mon cou, mon corps, puis elle commence à me sucer langoureusement, passionnément, intensément: quel extase, j'adore. J'aime aussi quand elle embrasse mon gland, quand elle prend mes boules dans sa bouche et quand elle prend ma queue tout au fond. Après, je l'emmène sur le lit où je continue à l'embrasser; tout doucement, je descends son corps en continuant à embrasser ses seins, ses tétons (que je lèche et tète aussi) pour arriver à son entre-jambe: j'enlève ce sous-vêtements avec les dents tout en levant ses jambes, puis, je les caresse, j'y dépose des baisers, tout en descendant lentement vers son clito, que je déguste avec passion et gourmandise: C. gémit de plaisir fortement, mais intensément, une fusion des sens (en même temps, je caresse sa poitrine et je lui tiens les mains avec complicité); un petit peu après, je lèche son trou avec appétit aussi et j'adore. Je remonte tout doucement vers elle et je l'embrasse. On se retourne et inversement: elle descend vers ma queue qu'elle suce avec envie. Tantôt elle me suce allongée, tantôt elle me suce à 4 pattes (j'en profite alors pour lui caresser le clito, la doigter, lui mettre la fessée).


Je me lève, C. reste à 4 pattes: j'en profite pour continuer à lui lécher le clito, le trou, à caresser son petit cul, le masser, l'embrasser, lui mettre la fessée, la doigter. Enfin, je commence à la pénétrer avec sensualité et fougue. Nous faisons l'amour dans toutes les positions, avant de finir en missionnaire où nous nous embrassons fougueusement.


Enfin, je me lève, elle se met à genoux; je commence à me branler, elle ouvre la bouche, je joui tout ce lait de désir, elle avale tout avec le sourire, nous nous allongeons, nous nous prenons dans les bras, nous nous embrassons.



Un massage érotique qui finit par du lait de désir réciproque. 


Quelques temps plus tard, je propose à C. un massage érotique pour continuer à stimuler son corps de Déesse, ses sens et la flamme torride de cette union charnelle entre nous. Avec le sourire, elle accepte.


C. enlève ses bas et talons, puis se met sur le dos, nue: je recommence à bander. Je commence par masser ses jambes, ses cuisses, son petit cul bien ferme, son dos, ses épaules. Je reviens un instant vers ses fesses que je masse, caresse, embrasse, claque, je les ouvre pour lécher son trou, tout en continuant à masser ses fesses.


C. se retourne ensuite et se met sur le ventre: quelle beauté. Je commence en massant ses pieds, puis ses jambes, ses cuisses, je remonte vers sa poitrine et ses tétons, que je chérie avec douceur et sensualité, s'en suit son cou, son visage...ses lèvres....Ne pouvant plus tenir, je m'abaisse pour l'embrasser passionnément, tout en caressant son visage avec ses 2 mains: elle prend mon visage avec ses 2 mains tout en continuant à m'embrasser. Je redescends vers ses seins que je déguste tendrement et son clito que je masse, que je stimule (tout en stimulant son trou avec mes doigts) et je le mets lentement dans ma bouche pour le déguster: elle re-gémit de plaisir. Je reviens vers elle et je lui offre ma queue, qu'elle déguste tout en restant allongée (tandis que je stimule son clito avec ma main). Ensuite, je reviens en missionnaire pour la pénétrer passionnément et l'embrasser en même temps.


Ayant aimé mon lait de désir, je lui en re-propose une nouvelle fois, mais cette fois-ci, dans un verre, ce qu'elle accepta avec grand plaisir. Je prends un verre, elle se met à genoux, je me branle, je jouis dans le verre que je lui offre: elle boit lentement le verre rempli de mon lait de désir pour mieux déguster. Elle me remercie.


Ayant aimé manger son clito, je lui demande si je peux avoir de son lait de plaisir à elle. Comme elle a aimé que je stimule son clito avec mes mains et ma bouche, elle accepte. Je lui propose donc de se mettre à 4 pattes, histoire de faire dans l'originalité, ce qu'elle fait. Je prends un autre verre. Je commence à caresser son clito avec la main, puis la bouche, puis je le stimule, comme si j'allais traire; en même temps, je la doigte pour l'exciter encore plus. Elle gémit de plaisir et je vois tout ce bon lait de désir qui sort. Une fois le lait dans le verre, je nettoie son clito avec ma bouche et je déguste lentement le verre.



Une fusion et une pénétration en nature, pour finir par l'imprégner.



J'ai encore envie de C. C. a encore envie de moi. Alors, nous reprenons cette nuit torride, mais cette fois-ci, en nature, sans rien. Nous nous faisons confiance, je suis clean, elle est clean. Alors, nous baisons sauvagement, sensuellement passionnément et, en missionnaire (ou en levrette), je finis par jouir passionnément en elle. Nous nous tombons dans les bras et nous nous embrassons.

Robin29396
Chaque jour qui passe, les désirs, les passions, les plaisirs et les envies qui sont en moi s'intensifient avec passion, tentation et délice.


Peut-être que parfois, je pourrais donner l'impression d'être un chien en manque, de ne pas être satisfait de mes aventures (ou peut-être pas). Mais ce n'est pas le cas: je vis chaque aventure, chaque rencontre comme un moment merveilleux; non seulement, ça fait du bien et je suis toujours satisfait des instants que j'ai vécu, mais en plus, ça alimente la flamme passionnelle qui vit en moi, celle qui me pousse à vivre de nouvelles rencontres pour partager cette passion avec ma partenaire à venir.


Quand je parle avec certaines d'entre vous, mesdames, je m'efforce chaque jour de vous séduire, de vous plaire par les mots, par ma sincérité car certaines d'entre vous me plaisent beaucoup beaucoup.


Je ne cherche pas à tirer un coup et partir: je cherche à partager la passion avec l'une d'entre vous et rester si possible avec l'une d'entre vous pour prolonger ce moment avec plus de douceur, plus de caresses sur les corps et plus de baisers sur vos lèvres exquises. A la limite, je préfère en premier vous caresser et vous embrasser; le reste vient avec le feeling et la confiance.


Je ne suis pas un pervers obsédé sexuel: je suis un jeune homme coquin passionné par le sexe et épris par le désir, l'attirance que je ressens à votre égard.

Pages: 1 2 3 4 5 ... » »»
Pubs